Le Réseau Réséda

Constatant la carence d’offre de soins dédiés aux personnes victimes de la torture et de la violence politique et l’absence d’action coordonnée des divers acteurs impliqués dans cette prise en charge, les associations Mana (Bordeaux), Osiris (Marseille), le Centre Primo Levi (Paris) et Ulysse (Bruxelles) ont décidé de réunir leurs efforts au service d’une meilleure prise en charge de ces personnes.

C’est ainsi qu’est né le Réseau RESEDA – Réseau francophone de soins et d’accompagnement pour les exilés victimes de torture et de violence politique –, rassemblé autour de valeurs éthiques et thérapeutiques communes. Le réseau a pour objectif l’amélioration de la prise en charge des patients via la mise en commun de l’expérience clinique de ses membres, le développement de l’offre de soins, ainsi que le plaidoyer et l’action publique en faveur des objectifs définis en commun.

Lancé officiellement en juin 2008, le Réseau ne conçoit son action qu’en l’inscrivant dans le contexte politique, juridique, administratif et social dans lequel ses membres sont amenés à travailler et en établissant un lien étroit entre la clinique et le politique, en partenariat rapproché avec des organisations non gouvernementales œuvrant dans le champ de la défense des droits de l’Homme, du droit d’asile et de lutte contre la torture, dans le respect des conventions internationales existantes.

Faisant écho au poème d’Aragon La Rose et le Réséda publié en 1943 en hommage à la Résistance, le nom RESEDA à forte valeur symbolique est porteur d’un engagement auquel les associations s’efforceront de rester fidèles.

Publicités